C
 

J'irais revoir ma Normandie...
Par IxJie

Mise à jour: 1er novembre 2010
 
 

Holiday On Ice...


Salut,

Bonne idée que j'ai eu là de faire un petit saut de ma Normandie jusqu'à Paris aujourd'hui.
Me souviendrai du retour :o)

16h: Je repars de Paris, temps gris mais sec, température OK (>0 quoi).

16h25: Passent les 30 bornes d'A15 jusqu'à Pontoise, nickel, puis je quitte la N14 pour aller vers Gisors.
Quelques gouttes de pluie de rien du tout...
Même pas peur, je ne sors pas la combi, pas une lopette moi (si? ah...)

16h30: 10 Bornes plus tard, la pluie toujours trés fine fait place à la neige elle aussi trés discrète et je ne vois rien au sol.
Bon, je m'arrête pour mettre la combi et me rencarder sur la météo du cote de Gisors/Gournay (sans succés d'ailleurs).

16h40: Dans le doute, je décide de retourner sur Paris, où je gagnerai les quelques degrés qui me séparent des températures positives, parce que vers la Normandie, çà ne peux qu'être pire.

16h42: J'ai pas fait 1 km que c'est la panique de partout.
En moins de 5 minutes, il s'est mis à neiger à gros flocons, la neige prend instantanement au sol et il y a déjà plus de 5 cm de poudreuse.
J'y vois plus que dalle entre la buée sur les lunettes (rien à l'intérieur de la visière, merci Pinlock, mais là à vrai dire je m'en tape) et la neige sur la visière.
Pas le choix, faut rouler visière ouverte.

16h43: Je me bouffe de la neige plein la gu<meeeeeeeep>eule (heureusement j'ai une cagoule) et je passe au niveau des premières bagnoles dans le bas côté (quels charlots ces caisseux, 4 roues, la clim et ils se foutent au tas dès les premiers flocons, petits joueurs... c'est moins marrant maintenant sans les chicanes mobiles :o) ).
Les secours me regardent passer comme un extra-terrestre...

16h45: La couche de neige commence à durcir et çà se transforme en patinoire...

16h45 et des broutilles: <MODE Lopette ON> Sortie des SLT (stabilisateurs latéraux teutons - mes bottes quoi...) et vitesse de croisière en première à 2500 tours (20 km/h, oh putain, 40 bornes à faire, chui pas rentré....
Si çà se trouve je vais rester coincé ici tout l'hiver, oscouuuuuur!!!).

16h50: Début du festival de glissades et de dérapages controlés (mais pas volontaires).
Le spectacle doit être assez joli, ya plein de caisseux derrière qui admirent mon style.
C'est la révélation, je suis un showman!

17h30: J'ai enfin fini ces putains de 10 bornes du plateau du Vexin et je retrouve la N14.
En véritable Showman, j'ai laissé passer les admirateurs par petits paquets (5-6 bagnoles) pour que tout le monde en profite, ya pas de raison.
Ma cagoule me protège bien mais la neige a envahi la mentonnière et je commence à sucer (Jésus, du calme...) de la glace (sans rien à boire avec, ben ca fait tout drôle, beuark! ;-)).

17h45 : J'attaque l'A15 au niveau de Cergy.
Toujours de la neige partout et les voitures avancent a 30-40 km.
Cool, je vais pouvoir passer la seconde...
Ca caille un peu moins, mais c'est toujours trés glissant.
Donc pas touche aux freins, pour ralentir, c'est toujours frein moteur + embrayage (parce que sinon c'est blocage de l'arrière immediat avec un twin).
Je replie les SLT.

18h10: J'atteins Pierrelaye sans encombre et la neige fait enfin place à la pluie.
Progressivement je peux passer la 3ème puis la 4ème.
La route est maintenant sûre et je suis a 100/110 km/h.
Je sens la chaleur (c'est relatif hein..) extérieure réchauffer mes doigts et mes pieds (putains, ils doivent etre tout bleus :o)) ).

18h30: J'arrive sur Clichy, les paquets de glace dans le casque fondent et ma cagoule s'est tranformée en éponge.
Je sème des paquets de neige de partout, les passants me regardent eux aussi comme un extra-terrestre (mais keskizon a la fin???).

18h35: Je décide de passer Trixie au lavage.
Karsher pas a moins de 50 cm, programme rincage (un peu comme moi...), à l'eau froide pour éviter la corrosion dûe au sel éventuellement ramassé sur l'autoroute.

18h45: Je suis enfin dans mon garage.
Fourbu.
2 heures pour faire les 40 bornes du retour, avec pas mal de glissades à mon actif et des images de bagnoles en vrac dans les fossés.
Brrrrr....

Je flatte une dernière fois Trixie sur ses flancs (qu'elle a joliement rebondis d'ailleurs) en la remerciant de m'avoir sorti de ce pétrin, et je monte en me disant:
Oh, putain qu'est ce que j'aime ma moto!!!
Oh, putain qu'est ce que j'aime la moto!!!

Dire que j'aurai pu rester chez moi au chaud devant la cheminée et rater CA!!!!

Bon, je dois vraiment être atteint...mais qu'est-ce que c'est bon, rhhhhhhhhaaaaaaaaaaa!!!!